REGROUPEMENT DE CRÉDITS

Réduisez vos mensualités jusqu'à -60%*

Faire un crédit en période d'essai : est-ce possible ?

16/04/2021

Le Saint Graal : vous venez de signer un CDI, félicitations ! Celui-ci en poche, vous allez enfin pouvoir faire financer vos projets : équiper la maison, devenir propriétaire, ou regrouper vos différents crédits pour réduire significativement vos mensualités.

Mais voilà, pour quelques mois, vous êtes en période d’essai… et les organismes de financement savent qu’à la fin de celle-ci, l’employeur et l’employé ont le droit d’interrompre le contrat.

Ce détail peut venir gripper les rouages de vos projets ou de vos besoins urgents de trésorerie.

Devissima, comparateur de crédits, vous présente les conditions auxquelles il est généralement possible de souscrire un crédit durant sa période d’essai.

 

 

Souscrire un prêt immobilier en période d’essai

Un crédit immobilier est un emprunt à long terme (le plus souvent d’une durée de 20 à 25 ans). De ce fait, les banques sont plutôt réticentes à octroyer un prêt de ce type avant la signature officielle du CDI.

Un CDI, ou tout autre situation assimilable (fonctionnariat, pension de retraite), est en général une condition qui facilite l’accès au crédit immobilier à des conditions avantageuses.

Toutefois, durant une période d’essai, l’employé doit encore faire ses preuves et son maintien au sein de l’entreprise reste incertain. Les organismes de financement n’apprécient pas le risque de défaillance de l’emprunteur dans ses remboursements que cela comporte, tant pour eux-mêmes que pour l’emprunteur qui risque de se retrouver rapidement en situation de surendettement.

Il est donc recommandé d’attendre la fin de la période d’essai pour solliciter un crédit immobilier. Néanmoins, si vous ne voulez pas prendre le risque de manquer une opportunité intéressante, voici quelques recommandations pour optimiser votre dossier.

 

Revenus et taux d’endettement

Tout d’abord, si vos revenus sont suffisamment importants et que le crédit ne vous fait ni atteindre ni dépasser les 33 à 35 % de taux d’endettement, la demande pourrait être prise en considération.

Comme mentionné plus haut, il s’agit d’écarter les risques de défaillance dans le remboursement du crédit ainsi que de surendettement de l’emprunteur. Ainsi, si le crédit représente une charge raisonnable par rapport à vos revenus, il pourrait être néanmoins accordé.

 

Parcours professionnel

Vous pouvez également mettre en évidence votre parcours professionnel si celui-ci montre une réelle facilité à (re)trouver un emploi en cas de fin de contrat.

Certaines professions présentent également une progression salariale intéressante qui pourra rassurer votre banquier. L’objectif est de montrer que vous serez en mesure de vous acquitter de vos mensualités de crédit, idéalement avec de plus en plus de facilité et non l’inverse.

Si vous êtes en mesure de présenter une promesse d’embauche, ce sera également un argument positif, rassurant, pour l’établissement prêteur.

 

Garanties à proposer

Comme pour tout emprunt, vous devrez présenter des documents justifiants de votre situation financière. Il faut que vos extraits de compte présentent une bonne gestion, idéalement sans découverts (à moins d’avoir une bonne explication).

Si votre gestion n’a pas été optimale les mois précédents votre demande, il vaudra mieux attendre la fin de la période d’essai. Vous pourrez profiter de ce délai pour assainir vos finances, voire continuer de vous créer une épargne de sécurité plus importante.

En effet, les banques demandent un apport pour accorder un crédit immobilier, en particulier aux primo-accédants (10% minimum de la valeur du bien). Plus votre apport est important, moins l’organisme de financement prend de risque en vous octroyant le prêt. En effet, celui-ci s’assure ainsi que la revente du bien immobilier pourra rembourser le crédit si vous n’étiez plus en mesure de vous acquitter de vos mensualités.

La situation professionnelle d’un éventuel co-emprunteur sera également prise en considération, en particulier si celui-ci bénéficie d’un CDI ou d’un statut assimilable (fonctionnaire ou retraité).

Si vous êtes déjà propriétaire, un autre bien immobilier peut être mis en garantie de l’emprunt (garantie hypothécaire).

 

Demander un crédit à la consommation en période d’essai

Quel que soit le type de crédit, la problématique va rester la même : si la durée d’engagement de votre emprunt dépasse celle de votre contrat (CDD ou période d’essai de CDI), le risque de refus est important.

Les crédits à la consommation (crédit auto, prêt travaux, prêt personnel…) sont par définition d’une durée et d’un montant moindre qu’un prêt immobilier : 75 000 € sur 10 à 12 ans maximum.

Ce qui va importer ici, c’est votre solvabilité. Si vous n’êtes pas inscrit au FICP et que vos revenus vous permettent de rembourser l’emprunt sans difficulté, un crédit à la consommation peut être obtenu en période d’essai.

Certains crédits à la consommation (prêt personnel) ou crédits renouvelables de faible montant sont même accessibles sans justificatifs détaillés sur votre situation professionnelle.

Les établissements prêteurs pourront également conditionner l’octroi du crédit à la souscription d’une assurance emprunteur.

 

Présenter un budget bien maîtrisé avec des revenus suffisants, une activité professionnelle régulière, voire un co-emprunteur avec une situation stable seront vos meilleurs arguments pour obtenir un crédit à la consommation en période d’essai.

 

 

Faire un rachat de crédits en période d’essai

Si vous avez plus de deux crédits en cours et que vous souhaitez baisser vos mensualités jusqu’à – 60 %*, vous pouvez solliciter un regroupement de crédits.

Le prêt de substitution mis en place dans le cadre de cette opération représente également un engagement à long terme : 12 ans (voire 15 ans) pour le rachat de crédits consommation, 20 ans (voire jusqu’à 35 ans) pour le rachat de crédits immobilier.

Dans ces conditions, les organismes de financement sont frileux face au risque que représente un contrat considéré comme encore précaire, à savoir la période d’essai d’un CDI qui équivaut en termes de sécurité financière à un CDD.

Tout comme pour une demande de prêt immobilier, il vous faudra donc présenter votre dossier sous son meilleur jour :

  • des revenus suffisants pour assurer le paiement des mensualités,
  • une bonne gestion de vos finances,
  • un co-emprunteur avec un contrat de travail stable,
  • des garanties (bien immobilier à mettre en garantie ou caution solidaire, et assurance emprunteur).

 

 

Comparer les offres et faire marcher la concurrence

Une période d’essai est limitée dans le temps (2 à 4 mois, généralement 3). Notre conseil serait d’utiliser cette période pour préparer votre projet, ainsi que votre dossier.

Faites en sorte de pouvoir, le moment venu, présenter votre dossier sous son meilleur jour en profitant de cette période pour assainir vos finances. Ainsi, lorsque les justificatifs seront étudiés par la banque, ceux-ci ne présenteront pas de découverts, mais des factures payées en temps et en heure, ainsi qu’une mise à l’épargne régulière.

Faites marcher la concurrence en comparant les offres de différents établissements, par vous-mêmes ou en passant par un organisme de courtage ou un courtier indépendant.

Vous, ou votre courtier, pourrez ainsi négocier les conditions les plus avantageuses en fonction de votre situation particulière (taux, mensualités, assurances, garanties…).

 

Devissima est un comparateur de crédit qui travaille avec des organismes de financement et de courtage sérieux et fiables. Faites une simulation pour votre crédit à la consommation, prêt immobilier ou regroupement de crédits, et obtenez ainsi la meilleure offre.

La simulation est gratuite et sans engagement.