REGROUPEMENT DE CRÉDITS

Réduisez vos mensualités jusqu'à -60%*

Que doit vérifier une banque avant d’accorder un crédit ?

22/10/2020

Faire une demande de crédit n’est pas toujours chose aisée. Chez Devissima, nous tâchons de vous apporter les clés pour préparer au mieux votre demande et répondons à vos questions en cas de refus. Pour quelles raisons un crédit est-il accordé ou refusé ? Quels aspects de votre dossier pourriez-vous améliorer pour mettre toutes les chances de votre côté ? Voici quelques conseils.

Pour protéger au mieux les emprunteurs et consommateurs, la loi impose aux organismes de financement certaines vérifications (Code de la consommation, articles L311-1 à L333-2). Ces mesures sont destinées à contribuer à la diminution du nombre de situations de surendettement en France. Ce qui est désormais le cas depuis plusieurs années. Comment obtenir le crédit dont on a vraiment besoin tout en passant ces filtres des banques ?

En effet, les organismes de crédit ne sont pas tenus d’accorder un prêt, car il n’existe pas en France à ce jour de « droit au crédit ».

La solvabilité de l’emprunteur

Outre votre âge vu qu’un mineur n’est pas légalement autorisé à contracter un prêt, la première chose que vérifiera l’organisme de financement auprès duquel vous déposerez votre demande sera votre capacité à rembourser les mensualités du prêt que vous souhaitez obtenir. Pour établir cela, votre taux d’endettement sera calculé comme suit :

(charges fixes / revenus mensuels) x 100

Le taux idéal, qu’il est recommandé aux banques de ne pas vous faire dépasser, est de 33 %.

Concrètement, cela veut dire que les mensualités de remboursement de vos prêts (et loyer) ne doivent pas excéder un tiers de vos revenus.

Toutefois, une marge de manœuvre est accordée en fonction de votre profil d’emprunteur (propriétaire ou locataire, salarié ou indépendant…) permettant d’aller jusqu’à 55 % de taux d’endettement, notamment pour des crédits de courte durée. Au-delà, vous serez considéré en risque ou situation de surendettement et les crédits ne vous serons pas accordés.

Ci-dessous, nous vous expliquons comment vous pouvez diminuer votre taux d’endettement.

C’est pour cette raison que, si vous êtes fiché pour incidents de paiement, les crédits ne vous seront généralement pas accordés. En effet, la loi contraint l’organisme prêteur à consulter le Fichier national des incidents de remboursement des particuliers (FICP) avant d’accorder un prêt, qu’il s’agisse d’un crédit à la consommation ou un prêt immobilier.

Les questions supplémentaires

L’objet de l’emprunt

Dans le cas des crédits à la consommation, si vous sollicitez un prêt personnel, il ne vous sera pas demandé de justifier précisément l’objectif du crédit.

En revanche, un crédit affecté, comme un crédit auto ou un prêt travaux, est totalement lié à l’achat ou la prestation de services pour laquelle vous déposez votre demande. Vous devrez donc fournir des justificatifs supplémentaires, comme des devis et factures, et vos contrats de vente et de prêt contiendront la mention du bien acheté et du crédit.

Même s’il est moins flexible, ce type de prêt a néanmoins deux avantages :

  1. Les taux d’intérêts sont souvent inférieurs à ceux d’un prêt personnel.
  2. Comme le crédit et l’achat sont contractuellement liés, si vous deviez ne pas recevoir le bien commandé ou si la prestation venait à ne pas avoir lieu, le crédit se verrait annulé avec l’achat sans indemnités supplémentaires.

L’apport personnel et les garanties

Dans le cas d’un prêt immobilier, il est désormais difficile d’en obtenir un sans un apport personnel minimum. Lorsque vous vous portez acquéreur d’un bien immobilier, cet apport personnel finance une partie de l’achat et, de ce fait, diminue les risques pour la banque.

Il en va de même pour les garanties pour tout emprunt. Si vous détenez déjà du patrimoine, celui-ci peut être porté en garantie. C’est par exemple le cas d’une hypothèque dans le cadre d’un crédit immobilier.

Votre profil emprunteur

L’organisme de prêt vérifiera en priorité

  • le type et le montant de vos revenus mensuels (salaire, revenus indépendants, revenus fonciers, allocations…),
  • si vous êtes propriétaire, locataire ou hébergé,
  • si vous avez d’autres crédits en cours,
  • si vous êtes fiché à la Banque de France.

Ainsi, si vous êtes salarié avec un CDI et propriétaire, et que la somme que vous souhaitez emprunter respecte votre capacité d’emprunt (33 % de taux d’endettement), sans fichage, il est peu probable que votre dossier soit rejeté.

En revanche, si vous êtes hébergé, avec de faibles revenus ou plusieurs crédits en cours, et que le montant du crédit pourrait mettre en péril votre sécurité financière, vous faisant dépasser les 33 à 55 % de taux d’endettement, il est probable qu’il vous soit demandé d’améliorer votre situation avant de contracter un nouvel emprunt, au risque de vous retrouver en situation de surendettement.

Augmenter sa capacité d’emprunt grâce au rachat de crédits

Si vous avez contracté plus de deux crédits et que votre taux d’endettement est important, sans pour autant être fiché (FICP, FCC), une solution s’offre à vous : le rachat de crédit.

Cette solution de prêt a la particularité de rassembler en un seul emprunt toutes vos créances – crédits à la consommation, prêt immobilier, certains impayés... Vous obtenez donc un taux unique qui peut être plus intéressant que ceux de vos différents crédits. Surtout, vous remboursez tous vos crédits en une seule mensualité, ce qui a pour avantages :

  • de faciliter la gestion de votre budget,
  • de vous permettre de retrouver un reste à vivre plus confortable en diminuant le montant de celle-ci par rapport au montant de vos anciennes mensualités cumulées.

Vous allez en effet pouvoir moduler la durée de l’emprunt afin de faire baisser votre taux d’endettement sous la barre des 33 %. Certes, l’augmentation de la période d’emprunt en augmente le coût global, mais mensuellement, vous pouvez diminuer jusqu’à -60 % le montant de votre remboursement*.

En outre, à cette occasion, vous pouvez demander l’octroi d’une trésorerie supplémentaire. Plutôt que de contracter un nième crédit à la consommation, cette somme est incluse dans votre regroupement de crédits. Elle pourra vous servir à reconstituer une épargne de sécurité ou à financer un projet. Son remboursement est directement inclus dans le calcul de votre nouvelle mensualité unique. Le montant de cette trésorerie devra néanmoins respecter une proportion raisonnable de la somme totale du rachat de crédits, tout en respectant toujours votre capacité d’emprunt.

Pour en savoir plus, faites une simulation en ligne. Nos partenaires sont des organismes sérieux, spécialistes de longue date du regroupement de crédit, à même de vous proposer des offres adaptées à votre situation.