Comparez et obtenez votre crédit au meilleur taux

Crédit piscine, quel prêt choisir ?

03/07/2018

Avoir une piscine dans sa maison est le rêve de nombreux propriétaires. Quoi de plus agréable que de passer l’été à barboter au soleil, dans une eau fraîche et limpide et loin des plages bondées de monde ? Selon le bassin choisi, il faudra cependant prévoir des travaux de plus ou moins grande importance et surtout trouver le bon financement. Il faudra donc au départ bien définir son choix, puis se décider de la manière de financer ce projet.

Choisir la bonne piscine

Une piscine extérieure est certainement adaptée aux beaux jours et propice aux loisirs, mais parfois elle peut aussi être plus adaptée à l’intérieur. Une fois ce premier choix réalisé, il faudra vérifier si elle doit être enterrée ou semi-enterrée. Dans le dernier cas il faudra connaitre la nature et la qualité du sol ou plutôt hors-sol. Vient ensuite la taille qui doit être adaptée au jardin et aux possibilités techniques. Pour finir, selon les goûts et les envies de chacun, se fera le choix de la couleur, de la matière de revêtement et bien sûr de la forme. Selon la faisabilité de chaque projet, la piscine servira plus à nager ou plutôt à apporter une touche de décoration avec un bassin plus petit et avec une tendance très esthétique.

Les travaux d’installation d’une piscine peuvent être conséquents une fois la piscine choisie, achetée et livrée. Le professionnel devra venir creuser l’emplacement puis installer toute la partie technique (arrivée d’eau, filtration, épuration, etc.) et bien entendu le système de sécurité obligatoire (barrière, détection infrarouge, détecteur de chute). Il faudra en plus prévoir les accessoires de la piscine comme la bâche, l’aspirateur, le local technique, l’alarme de sécurité, etc.

La piscine, la pose, les accessoires, l’entretien, tout cela peut représenter une enveloppe budgétaire importante. Avant de commencer à creuser il est primordial d’établir son budget en faisant des devis auprès des différents revendeurs. Le marché des piscines privées étant en pleine expansion en France avec presque 2 millions d’installations, la concurrence se fait plus accrue et les tarifs se négocient. Pour les fonds, la plupart des propriétaires se tournent vers le crédit. Selon la nature du projet et les capacités de remboursement, le financement pourra être adapté aux possibilités de chacun.

Les différents types de crédits possibles

L’achat d’une piscine représente parfois un véritable budget selon le modèle choisi et le résultat souhaité. Si des modèles simples et hors-sol ont un prix de départ de 1.000 euros et allant jusqu’à 5.000 euros, dès qu’il s’agit d’une véritable structure enterrée avec des systèmes en kits, avec coque ou sur mesure, le premier prix commence à 5.000 euros pour quelque chose de très basique. Pour peu qu’on y ajoute de jolies finitions, un système naturel d’épuration de l’eau, la note commence à grimper pouvant atteindre dans certains cas les 50.000 euros.

Plusieurs types de crédits sont à la disposition des consommateurs, proposés par les banques, les organismes de crédits classiques, mais aussi les installateurs et les fournisseurs. Pour ces derniers il faudra particulièrement se méfier des taux d’intérêt proposés, car ils sont rémunérés par les sociétés de crédits. Des promotions sur le crédit signifient bien souvent une réduction moins importante sur le prix de la piscine.

Le crédit à la consommation pour l’achat d’une piscine est une première possibilité. La somme empruntée ne pourra pas dépasser les 75.000 euros et la durée de remboursement devra être de 3 mois au minimum. Font partie des crédits à la consommation, les prêts personnels et les crédits renouvelables. L’argent fourni dans le cadre de ce type de crédit peut être utilisé librement car il peut financer tout type de projet dont une piscine. Il n’est donc lié à aucun achat en particulier. Il présente de nombreux avantages qui sont :

  • La possibilité de ne pas payer la piscine en une seule fois
  • Le délai de rétraction de 14 jours une fois le contrat signé
  • Des mensualités fixes dès le départ pour une bonne gestion du budget du ménage
  • La conservation de son épargne

Par contre, au niveau du taux d’intérêt, celui-ci risque d’être plus élevé que pour un crédit classique. Autre inconvénient : du fait de l’obligation donnée aux organismes de crédits de vérifier la solvabilité de l’emprunteur, un crédit à la consommation n’est pas accessible à tous les profils. Lorsque le crédit à la consommation est souscrit et la piscine n’est finalement pas achetée, celui-ci ne s’annule pas et le remboursement commence à la date prévue au contrat. Le crédit renouvelable qui donne la possibilité de reporter le paiement de la mensualité peut représenter un piège et présente le risque du surendettement.

Le crédit affecté est entièrement dédié à l’achat de la piscine et de ses accessoires. Il représente en ce sens un certain nombre de garanties non négligeables. Par exemple, en cas de défaut de livraison, l’emprunteur n’est pas tenu à rembourser le crédit. Idem lorsqu’il y a des défauts sur le bassin, en cas de non-respect des normes techniques, ou encore sur les accessoires qui ont été inclus dans la vente. Un crédit classique ne couvre pas tous ces problèmes de livraison en mauvais état ou de dysfonctionnement. A savoir aussi que si pour une raison quelconque la vente de la piscine devait être annulée, le crédit le sera aussi systématiquement, les deux étant liés.

Le prêt personnel peut aussi prendre la forme d’un prêt travaux. On parle de crédit travaux lorsqu’il s’agit de financer des travaux de réparation, d’amélioration ou d’entretien d’un immeuble, mais aussi l’équipement en électroménager en encore des travaux d’aménagements divers, de mise aux normes électriques, d’installation de climatisation, de double vitrage et bien entendu d’une piscine. Il est plutôt conseillé pour des piscines de grande envergure car la somme empruntée peut atteindre les 75.000 euros. Le taux d’intérêt fixe n’augmentera pas dans le temps mais sera moins élevé si la durée du crédit est plus courte. Le remboursement par anticipation est tout à fait possible. Au niveau des documents à fournir la liste est la suivante :

  • Le bon de commande, voire le devis de l’achat de la piscine et toutes les annexes
  • La photocopie de la pièce d’identité de l’emprunteur
  • Un RIB (relevé d’identité bancaire)
  • Un justificatif de domicile
  • Les justificatifs de revenus (bulletins des salaires, avis d’imposition, taxe foncière)

Le crédit travaux s’adresse aux propriétaires d’une résidence principale ou secondaire, mais aussi aux locataires. Il est encadré par la loi Lagarde depuis le 1er mai 2011, ce qui a permis d’augmenter son montant à 75.000 euros. La rétraction de 14 jours est accordée après la souscription au crédit sans justification ni aucune pénalité. Le taux pratiqué est le TAEG (Taux Annuel Effectif Global) qui inclut le taux d’intérêt, les frais de dossier, les frais annexes comme ceux d’ouverture du dossier, et l’assurance. Il varie selon les établissements financiers et se situe actuellement entre 2,5 et 8,5% du capital emprunté.

D’autres solutions de financement moins communes existent en parallèle qui sont le crédit immobilier et le regroupement de prêts. Pour le premier il s’agira d’inclure la construction de la piscine dans un prêt à l’habitat. Ceci est conseillé pour un projet de très grande envergure et le remboursement sera étalé sur plusieurs années en profitant des faibles taux immobilier. Enfin concernant la deuxième option, il s’agit de regrouper tous les crédits déjà en cours et d’ajouter une somme supplémentaire pour financer la piscine. Ainsi plutôt que de cumuler une nouvelle mensualité, un seul remboursement est mise en place dans le cadre d’un nouveau crédit unique.