Comparez et obtenez votre crédit au meilleur taux

Acheter un scooter à crédit

24/04/2018

Aujourd’hui le scooter n’est plus réservé qu’aux adolescents. Maniable et rapide, il  est au contraire le moyen de transport le plus pratique pour se déplacer et surtout  pour parer à la circulation urbaine parfois très dense. C’est désormais l’accessoire des hommes mais aussi des femmes modernes de tous les âges et toutes les catégories sociales. Il présente de nombreux avantages de stationnement, de liberté et de facilité de déplacement.

Se poser les bonnes questions avant d’acheter

Le prix d’un scooter varie en fonction du modèle et de la puissance de l’engin. En France, les motorisations sont règlementées en trois catégories qui vont de moins de 125 cm3 à plus 125 cm3. Pour un scooter de moins de 50m3 le BSR (Brevet de Sécurité Routière) et l’ASSR (Attestation Scolaire de Sécurité Routière) suffisent, pour un modèle de 125 m3 il faut le permis B et suivre une formation de 7 heures. Pour un bolide au-delà de 125 m3 il faut le permis moto. Il est donc important au départ de définir quel est le scooter dont on a besoin et lequel on peut acheter.

Pour acquérir l’engin de ses rêves lorsque l’on ne dispose pas des fonds nécessaires, il faut d’abord se poser quelques questions importantes. La plus primordiale étant la capacité financière, à savoir combien coûte le modèle souhaité ? Quel est le budget maximum que le ménage peut supporter ? Quel impact aura ce financement et sa durée sur le budget du foyer ? Ensuite il faudra choisir parmi la panoplie d’offres de financement possible trouver celle qui  sera le mieux adapté. Il faudra veiller à certains critères décisifs comme le TAEG (taux annuel effectif global), le coût total du crédit, les frais de dossier, les conditions de remboursement (durée, montant des mensualités), ainsi que les modalités de paiement.

Les différents crédits à la consommation possibles pour financer l’achat d’un scooter

Le crédit affecté

Ce type de crédit s’obtient soit chez son banquier, soit directement chez le concessionnaire ou encore auprès d’un organisme spécialisé. Il est uniquement dédié à l’achat du scooter, qu’il soit neuf ou d’occasion, et son taux peut être avantageux. La somme empruntée inclut en général le prix du scooter, mais parfois aussi les options, les accessoires et les équipements supplémentaires comme le casque, la bagagerie. Une fois le prêt accordé, l’argent est versé directement à l’organisme prêteur. Il est important de bien faire jouer la concurrence, les concessionnaires disposant parfois de taux inférieurs à ceux des banquiers.

La somme empruntée ne peut dépasser les 75.000 euros comme pour un prêt personnel. Le remboursement des mensualités ne commence qu’une fois le véhicule livré. Si la vente est annulée, le prêt affecté l’est également.

Le montant de la mensualité est fixé contractuellement pour une durée déterminée dès le départ. Les avantages du crédit affecté est que l’emprunteur peut acheter un modèle neuf ou d’occasion, aucun apport n’est nécessaire, l’emprunteur est propriétaire du véhicule immédiatement et il n’y a aucune obligation en termes d’usage ou d’entretien. En cas de remboursement anticipé, les frais sont souvent minimes et le véhicule peut être revendu à tout moment. Les inconvénients sont que ce crédit réduit la capacité d’emprunt du ménage et que les mensualités sont souvent plus élevées que pour une location. De plus la garantie est écourtée et l’assurance emprunteur peut être couteuse.

Le crédit personnel

Il s’agit d’un crédit fait à la personne sans avoir besoin de justifier l’utilisation de la somme empruntée. Le montant maximum du crédit s’élève à 75.000 euros et les taux d’intérêt sont souvent très raisonnables, voire préférentiels auprès des banques si l’emprunteur précise qu’il achète quelque chose de valeur comme un scooter et qui peut être revendu. Par contre si le scooter acheté est d’occasion, le taux pourra être supérieur, la garantie apportée à la banque étant alors moins importante.

Le crédit renouvelable

Anciennement appelé crédit revolving, le crédit renouvelable est soumis à des taux d’intérêt élevés, pouvant grimper jusqu’à 20%. Ceci le rend le crédit le plus cher sur le marché, alors que la somme d’argent mise à la disposition de l’emprunteur peut être utilisée selon ses désirs. Aucune facture, bon de commande ou justificatif ne sont nécessaires, c’est pourquoi son obtention est très simple. Il est donc plutôt conseillé aux petits montants à emprunter.

Et les autres moyens de financement ?

La location avec option d’achat (LOA)

Il s’agit le plus souvent d’une transaction qui concerne un scooter neuf entre un particulier et un organisme financier. Ce dernier achète le véhicule pour le particulier et lui loue pour une durée déterminée comprise entre 2 et 5 ans en moyenne. Au bout de la période de location, le locataire a soit la possibilité de racheter le scooter à un prix fixé au départ et donc d’en devenir le propriétaire, soit il souscrit à une nouvelle LOA pour un nouvel équipement à deux roues. Le dépôt de garantie d’une LOA varie entre 0 et 50% de la valeur du scooter.  Le coût de la location inclut aussi le coût de l’entretien du véhicule.

Les avantages d’une LOA sont la mise à disposition d’un engin neuf avec toutes les commodités que cela inclut (sécurité, confort, anti-pollution, etc.), mais également une mensualité moins élevée que lors de la souscription d’un crédit. Le véhicule est également garanti pendant toute la durée de la location. Par contre le locataire n’est pas le propriétaire et son nom ne figure donc pas sur la carte grise du véhicule. Si le locataire décide de racheter le scooter à la fin de la location, le cout total sera plus élevé que s’il avait souscrit à un crédit.

Variante de la LOA, la LER (location avec engagement de reprise) ne prévoit pas une nouvelle location. Par contre, elle engage le concessionnaire à reprendre le véhicule à l’échéance de la location. Les conditions ont été établies dès le départ, il s’agit en principe de l’option avec achat ferme, du kilométrage maximum, de l’état du véhicule.

Quoiqu’il en soit, qu’il s’agisse d’une LOA ou d’une LER, le locataire peut choisir de revendre le scooter à un autre particulier après une période de 12 mois de location écoulée. L’avantage financier de ces deux procédés est de pouvoir changer de scooter très souvent, et donc d’avoir accès à la dernière technologie. Ils sont très bien encadrés par la protection du consommateur car ils sont équivalents à un crédit à la consommation. Recevoir l’offre préalable spécifiant toutes les conditions et modalités est obligatoire tout comme la possibilité d’un délai de rétraction de 14 jours après la signature.

Le crédit ballon

Il s’agit d’une location avec des mensualités très peu élevées. Il est assorti d’un kilométrage limité, ce qui peut dans certains cas être contraignant. Le « ballon » est la somme définie par le contrat pour racheter le scooter une fois le contrat de location arrivé à terme. A la fin du contrat, le scooter peut être soit rendu, soit acheté en réglant le ballon comptant, soit encore renouveler la formule avec un nouveau scooter. La carte grise sera au nom du locataire.

L’assurance facultative

Lors de la souscription à un crédit scooter il est possible d’y ajouter une assurance. Elle permet de reprendre le paiement du crédit en cas de problème comme une perte d’autonomie, une incapacité de travail, une perte d’emploi, un décès. Elle est plutôt recommandée si le scooter choisi est cher, et s’il existe un risque de chômage ou de santé.