Comparez et obtenez votre crédit au meilleur taux

Est-t-il possible de contracter 2 crédits immobiliers en même temps ?

20/11/2018

Il peut arriver dans certains cas qu’un emprunteur souhaite faire un second crédit immobilier, alors qu’il est déjà en cours de remboursement d’un premier prêt. Le marché de l’immobilier étant particulièrement favorable à l’investissement avec des taux d’emprunt très bas, cumuler un autre crédit immobilier est donc très tentant. Il existe plusieurs options en fonction de la situation de l’emprunteur et il faudra trouver la plus adaptée à chaque situation. A priori, rien ne l’empêche de souscrire à un deuxième emprunt et les organismes de crédit tout comme les banques sont plutôt ouverts à cette démarche. Les conditions d’octroi tout comme l’étude de la situation financière ou encore le taux d’endettement seront alors bien entendu examinés avec la plus grande attention.

Le principe d’une demande de deuxième crédit

S’il est tout à fait évident de souscrire à un deuxième crédit pour acheter une voiture ou faire des travaux lorsque le foyer est déjà en cours de remboursement d’un crédit à l’habitat, cela l’est beaucoup moins lorsqu’il s’agit d’un deuxième prêt immobilier. Pourtant le cumul de deux crédits immobiliers est tout à fait possible et aucune loi ne l’interdit. Les établissements financiers n’ont pas de contre-indications spécifiques pour l’octroi d’un nouvel emprunt en plus d’un existant. Par contre, le taux d’endettement sera minutieusement étudié afin de permettre à l’emprunteur de ne pas se retrouver dans une situation financière difficile. Ce rapport entre les charges et les revenus devra être équilibré, la moyenne de ce taux étant de 33%. Dans certains cas, principalement lorsque les revenus sont plus modestes, il peut être plus bas tandis que dans d’autres il sera plus élevé, car le foyer dispose de revenu plus importants.

Les principales raisons de vouloir souscrire à un deuxième crédit immobilier sont l’achat d’une résidence secondaire ou encore un projet d’investissement locatif. Dans ce cas, le revenu de la location pourra servir à rembourser une partie du prêt souscrit. Ces situations sont de plus en plus courantes, notamment grâce aux taux d’intérêt toujours très bas sur le marché immobilier. Les banques et établissements de crédit sont de moins en moins frileux à répondre à ces demandes. L’emprunteur pourra faire plusieurs demandes auprès de différents organismes prêteurs, et son dossier fera l’objet d’une analyse spécifique et approfondie.

Le remboursement de deux crédits en même temps

Au niveau de la mise en place de deux crédits immobiliers, il existe plusieurs configurations possibles. Soit l’emprunteur s’adresse à sa banque et une banque concurrente, soit encore à un ou plusieurs organismes spécialisés. Un cumul de prêt ne signifie pas que les conditions seront identiques. Chaque crédit disposera en effet de sa propre durée de remboursement, son propre taux d’intérêt et sa propre mensualité. Parmi la diversité de prêts immobiliers, l’emprunteur a également la possibilité de souscrire d’un côté à un crédit classique, de l’autre à un prêt complémentaire mis en place par l’Etat, comme le prêt à taux zéro (PTZ) et le prêt 1% Logement, qui requièrent des conditions spéciales d’octroi, notamment de ressources et de montant maximal de prêt.

Lorsqu’il s’agit d’un investissement locatif, les mensualités du crédit souscrit à cet effet vont être allégées grâce à la perception des loyers. En général, le prêteur prend en compte 70% de la somme perçue et estime ensuite la capacité de remboursement du demandeur. Il existe cependant le risque que le locataire ne paie plus son loyer à un moment donné. Pour se prévenir de cette situation, l’emprunteur a deux options. Soit ne pas utiliser toute son épargne pour l’apport du crédit immobilier pour prévoir un défaut de paiement, d’autant plus que les banques acceptent souvent de financer à 100% un investissement locatif, soit de souscrire à une assurance loyers impayés.

Lorsqu’il s’agit de financer une résidence secondaire, les banques et établissements de crédit sont plus exigeants. Ils procèderont à une étude approfondie de la capacité de remboursement du demandeur, car une deuxième échéance de crédit représente une lourde charge pour le budget du ménage. De plus, lorsque la résidence est située en bord de mer, elle a bien entendu un avantage car elle peut toujours être louée, alors que si elle se trouve en pleine campagne elle peut vite devenir un gouffre financier. Attention à ne pas faire une hypothèque sur les deux résidences en même temps. Il est en effet préférable de conserver une garantie séparée par chaque bien afin de préserver l’un d’eux en cas de souci financier.

Les conditions pour cumuler deux prêts immobiliers

Cumuler deux prêts immobiliers est certes une formule avantageuse, mais elle comporte également des risques. Il est certain qu’il faut prendre quelques précautions avant de s’engager dans ce type d’opération et les banques et organismes prêteurs vont analyser les moindres détails de la situation de l’emprunteur. La première règle qu’ils vont strictement appliquer est la limite du taux d’endettement qui est fixée à 33% de manière générale. C’est une condition qui est demandée par la plupart des établissements financiers et qui ne dépend pas du nombre de crédits souscrits.

Lorsque le deuxième crédit immobilier est souscrit dans le but d’un investissement locatif, il est plus facile d’obtenir une réponse positive à la demande, le revenu du loyer constituant une garantie de remboursement pour l’organisme prêteur. En revanche, lorsque le deuxième prêt immobilier est destiné à une résidence secondaire, les banques seront plus attentives aux conditions, voire plus exigeantes car le risque qu’elles prendront en accordant un prêt sera plus élevé.

Les précautions à prendre

Pour ne pas se retrouver dans une situation de finances déséquilibrées par des échéances trop lourdes, il est possible de procéder à un lissage de prêts. Mais attention cette opération n’est possible que si c’est le même organisme prêteur qui gère les deux crédits. L’emprunteur versera une mensualité unique chaque mois et c’est le prêteur qui va répartir la somme totale sur le remboursement des deux prêts.

D’autre part, il ne faudra pas négliger les frais qu’engendrent deux prêts immobiliers, c'est-à-dire les frais de dossier et les frais d’assurance qui pourront être multipliés par deux. De plus, dans certains cas, notamment lorsqu’il y a un crédit ou les deux qui disposent d’une hypothèque, il faudra aussi prévoir les frais de notaire. Pour diminuer ces charges et le coût, la solution est de souscrire les deux crédits dans le même établissement.

Il peut être intéressant de renégocier le taux d’intérêt du premier crédit immobilier lors de la souscription au deuxième. Avec la tendance baissière du marché, le banquier peut avoir tout intérêt à répondre favorablement à cette demande, de peur de voir son client filer chez la concurrence. S’il accepte, attention aux indemnités de remboursement anticipé.

Lorsque l’emprunteur se retrouve face à un refus pour l’octroi d’un deuxième crédit immobilier, en général car la somme demandée est trop importante ou car son taux d’endettement grimpe trop haut, il peut se tourner vers le rachat de crédits. Cette solution de regroupement de tous les crédits mais aussi les dettes en cours, peut lui permettre de réduire son taux d’endettement en souscrivant à un crédit unique qui pourra bénéficier d’une trésorerie supplémentaire. Celle-ci pourra servir à un achat immobilier, ce qui évitera le deuxième crédit. Par contre la durée de remboursement sera allongée, la mensualité pourra être réduite mais le coût total du crédit sera plus élevé.